Une nouvelle vision de l'Ennéagramme…
  
Get Adobe Flash player

Voici notre premier article sur l’application de l’ennéagramme à l’homéopathie, publié aux Etats-Unis sur Enneagram Monthly, la revue de référence internationale en matière d’ennéagramme.

EM1

Homéopathie et Ennéagramme

Bernadette Schmitt & Frédéric Schmitt, M.D.

 

L’ennéagramme nous a été transmis au cours de retraites intensives de méditation dans les années 1990 par le Vénérable Dhiravamsa, un maitre bouddhiste de renommée internationale et ami intime de Claudio Naranjo.

Assez rapidement nous eûmes l’intuition, Bernadette et moi-même, d’un lien possible entre les trois règnes de la matière médicale homéopathique (minéral, végétal et animal) et les trois sous-types de l’ennéagramme (préservation, social, sexuel)…

Mon âme de chercheur fut stimulée. En effet, si cette analogie se validait, cela constituerait une véritable révolution pour l’homéopathie, car allait lui donner un outil d’une valeur inestimable pour le diagnostic constitutionnel.

Mais il y avait un obstacle.

Pour moi, les données que j’avais reçues sur l’ennéagramme étaient largement insuffisantes pour mon objectif médical : disposer de critères suffisamment élaborés pour poser un diagnostic de type et de sous-type à la fois fiable et reproductible, c’est-à-dire, indépendant de la subjectivité du patient et du praticien. Les tests psychologiques classiques, pour mon approche homéopathique, ne pouvait scientifiquement pas convenir.

Je partis donc en quête des sources de l’ennéagramme, afin d’étayer mon ressenti : il devait exister d’autres données plus fournies. Je fis rapidement le tour de la littérature sur le sujet sans avoir plus d’éléments, et je compris rapidement que tout remontait à Claudio Naranjo et Oscar Ichazo.

Je fus pris de fébrilité en espérant aboutir à mes fins en découvrant Oscar Ichazo. Nous nous mime Bernadette, qui était partie prenante de la recherche, et moi-même à étudier tous les écrits possibles de cet auteur. Nous étions même à deux doigts d’aller le rencontrer à Hawaï pour lui présenter nos travaux.

Mais le destin en décida autrement quand je rencontrais le livre de Laleh Bakthiar, God’s Will be done, sur l’ennéagramme soufi. Ce livre amenait des preuves indubitables de l’origine soufie de l’ennéagramme et quel ne fut pas mon étonnement, pour ne pas dire ma déception, quand je découvrais que si le schéma était le même, les données différaient complètement, ou presque. La différence la plus criante concernait les trois centres. Selon cette auteure, le centre dit « mental » (5,6,7) est en fait celui de l’affect, le centre dit « émotionnel » (2, 3? 4) est en fait le centre de la colère, et le centre dit « instinctif » (8, 9, 1) est en réalité le centre de la conscience !

S’agissait-il de deux approches différentes ?

Lire la suite…

2 réponses à Publication sur Enneagram Monthly : Homéopathie et Ennéagramme (1)

Langues
Abonnez-vous

Entrez votre adresse email pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 1 autre abonné