Une nouvelle vision de l'Ennéagramme…
  

Variations sauvages

Sergueï Rachmaninov (1873-1943)

 

Extrait du premier livre d’Hélène Grimaud, »Variations sauvages  »  2003    Editions Robert Laffont  :

 » Enfant j’étais tombée sur un portrait de ce compositeur. Le regard fixe et sombre qui perçait dans ce long visage tourmenté, la bouche épaisse, les mains immenses, capables d’embrasser toutes les octaves et de brasser une gerbe de notes fleuries, m’avaient fascinée. Sergueï Rachmaninov me regardait; j’avais vraiment l’impression qu’il me regardait, moi, au moment précis de ce portrait, le dos tourné à sa terre natale, écarté au plus lointain géographique de ses campagnes slaves, au clocher en bulbes de tulipe et oignons juteux de crocus. J’ai contemplé pendant des heures ses yeux, ces oreilles paraboliques, étape obligée au souffle du monde, ces mains. Ces yeux qui avaient vu les notes du Deuxième concerto avant même de la concevoir, ces oreilles qui les avaient entendues et ces mains qui les avaient écrites puis exécutées.  »

 

J’ai choisi le premier mouvement du Deuxième concerto de ce compositeur pour illustrer le premier livre à caractère autobiographique de la pianiste française Hélène Grimaud,  enfant précoce, dotée de tous les talents et également ardente défenseuse de la cause animale et en particulier des loups.  On reconnaîtra la fontaine de la Rotonde d’Aix en Provence, sa ville natale, puis la montagne Sainte Victoire ( » Je faisais avec Dieu d’interminables parties de cache-cache. Longtemps, il m’a semblé que je le découvrirai derrière la montagne Sainte-Victoire « ).

De ce deuxième concerto et du compositeur voici ce qu’elle en dit, toujours dans son ouvrage :  » … Rachmaninov reste immuablement attaché au système tonal, fidèle au romantisme russe et aux formes musicales auxquelles Tchaïkowski a donné ses lettres de noblesse. Mieux qu’aucun autre, , il a donné au piano toute sa possibilité d’exprimer une angoisse beauté, ce chemin entre tout ce qui est possible et la tristesse du renoncement à ce paradis entrevu, accessible par la musique puisqu’elle n’a pas besoin d’anges : elle est ce message « .  Et j’ajouterais…  qu’elle en est la bienheureuse messagère !

Tout est dit !

L’évidence de cette musique, emportant l’âme tourmentée et éprise de liberté de cette virtuose,  comme dans un immense souffle  bienfaisant et rédempteur,  s’imposa à moi, de même que le très beau conte de l’oiseau de feu qu’elle mentionne au début de son roman.

Je vous laisse découvrir cette nouvelle vidéo, les images et les sons valent souvent mieux que de longs discours !

Voir également Portrait d’Hélène Grimaud sur notre site consacré à l’ennéagramme.

 

 

Configuration de Rachmaninov

Centre : Mental

Type: 5

Aile : 6

Cofixations 9 et 4

Soustypes/Eléments : Espace/Terre

Mewa  : 1873 (7)

Langues
Abonnez-vous

Entrez votre adresse email pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 1 autre abonné