Institut M.A.R.I.E.

Une nouvelle vision de l'Ennéagramme…

  

 

Bienvenue sur le blog de l’Institut Marie

Ce blog est une émanation de notre site consacrés aux travaux que nous avons menés depuis 2000 sur l’Ennéagramme et ses liens avec les différents systèmes traditionnels énergétiques comme la médecine  taoïste, ayurvédique, tibétaine et plus moderne homéopathique, incluant aussi les systèmes psychologiques  comme les typologies de Jung, Le Senne, Berger, Reich et Plutchik, Young,  ou encore le Mandala des 5 Familles de Sagesse du bouddhisme tibétain, et autres encore … Site de l’Institut Marie

Nous avons récemment élargi la recherche au domaine astrologique, mettant en lien les dominantes planétaires,  la constitution et les types de l’Enneagramme . Vous pouvez vous reporter à notre nouveau site consacré à ce volet : Site Astrologia

Vous trouverez également sur ce blog certaines données relatives aux liens existants entre l’Ennneagramme et des domaines  plus ésotériques comme les dix sphères de la Kabbales, les 72 Anges ou souffles Divins , les Lames majeurs et mineures du Tarot.

Aux dernières avancées de la recherche s’ajoute la classification des 38 Fleurs de Bach parmi  les types  et sous types de l’Ennéagramme, ce sujet des Fleurs de Bach et des 36 décans en astrologie étant plus largement abordé dans notre site consacré à nos travaux sur l’Astrologie

Bienvenue également sur notre groupe Facebook, dédié à nos recherches, et entièrement bilingue !  : Enneagram and Beyond

Comment la plupart des individus en vient  à accepter l’inacceptable ?

 

Résumé :

Nous tentons dans cet article de mettre en lumière les mécanismes qui ont permis aux autorités de mettre en place un régime dont tous les critères se rapprochent du totalitarisme au sens où l’entend Hannah Arendt et comment les individus en sont arrivés à accepter l’inacceptable, c’est-à-dire d’abdiquer leur droit inaliénable à la liberté, et se soumettre à une autorité qui n’est dès lors plus légitime, d’accepter la désignation accusatoire d’un groupe bouc-émissaire, les non-injectés, victimes expiatoires qu’il convient dès lors d’éliminer par une mort symbolique. A l’abdication et l’identification au bourreau s’ajoute la perte de sens et la désespérance, laquelle s’inscrit dans un consumérisme individualiste et nihiliste qui prend ses racines paradoxalement dans la philosophie des Lumières qui a voulu mettre l’Homme à la place de Dieu. Dès lors la solution radicale à la crise serait une métanoïa de l’âme qui retournerait à des valeurs morales et spirituelle, et une sotériologie non plus terrestre (le transhumanisme et l’immortalité terrestre) mais céleste et divine.

 

Nous sommes à un carrefour de notre civilisation. La crise que nous vivons est une épreuve majeure des peuples, largement orchestrée par une minorité d’individus qui détiennent un maximum de pouvoirs.

Cette crise a été articulée en deux temps.

Le premier fut de créer un choc via une propagande médiatique apocalyptique savamment orchestrée d’une épidémie dont le virus est fortement suspecté d’avoir été fabriqué en laboratoire.

Le second a été de créer les conditions pour que l’injection d’un produit expérimental appelé improprement un vaccin apparaisse comme l’unique solution au problème.

Mais comme se questionne le philosophe italien Giorgio Agamben lors de son témoignage au sénat italien le 7 octobre 2021 cette injection ne serait-elle pas plutôt « un moyen de forcer les gens à avoir un passe sanitaire numérique, c’est-à-dire un dispositif qui permet de contrôler et de suivre chacun, une mesure sans précédent, dans tous ses mouvements » (https://jeminformetv.com/2021/10/12/et-si-le-passe-sanitaire-netait-une-consequence-mais-la-finalite/).

Plutôt donc que se questionner sur le pourquoi des choses (un virus est en cause), il est plus utile de regarder la finalité (vers quoi cela tend ?). Or la finalité est concrètement le pass numérique, outil pour transformer les êtres humains en « objets » connectés et donc contrôlables de façon absolue via une intelligence artificielle d’un clic de souris. La finalité est donc un contrôle social des peuples robotisé et déshumanisé.

Pour ce faire, les mesures proposées pour gérer cette épidémie, sous prétexte sanitaire, ont porté et continuent de porter une atteinte majeure aux libertés individuelles fondamentales telles qu’écrites dans toutes les constitutions démocratiques occidentales.

Ces mesures liberticides condamnées universellement par des scientifiques de renommée internationale ont été acceptées par nombre de nos concitoyens de façon incompréhensible et dans tous les milieux socio-professionnels.

Comment cela a-t-il pu être possible ?

Cet article propose quelques réflexions tentant d’en comprendre le sens.

La sidération

Le choc extrême déclenché par la mise en scène médiatique de l’épidémie a généré un trauma collectif majeur.

Submergé par la perception d’une menace vitale, l’individu est biologiquement conditionné pour réagir par la fuite ou la lutte, ce qui s’accompagne d’une forte décharge d’adrénaline médiée par le système nerveux sympathique.

Les confinements et les couvre-feux stricts ont été perçus biologiquement comme un piège qui se refermait sur la victime, qui dès lors, ne pouvait plus ni fuir ni combattre pour sa survie et n’avait d’autre choix que d’entrer en sidération.

Imaginez une bête sauvage traquée par des prédateurs qui subitement se retrouve encerclée avec aucune possibilité de fuir ou de se battre. Telle était notre situation au printemps 2020 : une menace vitale majeure (un virus) s’abattait sur nous et nous nous retrouvions piégés à nos domiciles sans contacts sociaux. La pire des maltraitances a été subie par nos aîné(e)s.

Alors que le système nerveux sympathique reste activé au plus haut niveau, le système parasympathique s’active alors intensément et le sujet s’immobilise et se sidère.

Si la menace persiste ou dépasse ses capacités de régulation, c’est-à -dire si l’étau des prédateurs ne se desserre pas, l’individu entre alors dans la seule solution de défense possible, la sidération chronique. Biologiquement l’accélérateur (le système sympathique) et le frein (le système parasympathique) sont activés tous les deux, de façon maximum, en même temps.

Cette sidération chronique est essentiellement une dissociation de l’énergie du trauma qui reste emmagasinée et gelée dans le système corporel. L’individu est alors à la merci de ses prédateurs, dissocié de son corps, de ses émotions, de ses besoins et n’a d’autre solution que d’abdiquer.

L’abdication

La particularité de la situation que les peuples ont vécu de la part de leurs gouvernants est similaire à celle de l’enfant victime d’abus de la part de ses parents censés être ses protecteurs. Le traumatisme vécu s’apparente alors à un traumatisme d’attachement. Le traumatisme d’attachement est également désigné par le terme de dilemme d’attachement.

Le conflit interne de l’enfant est le suivant :

« J’ai besoin de cette personne pour ma survie physique car je ne peux pas encore subvenir à mes besoins ou me protéger moi-même. Par conséquent, je dois avant tout maintenir la relation et m’adapter pour être ce qu’elle veut. Ma réaction naturelle serait de m’énerver et de montrer de la colère, mais cela risquerait de l’éloigner encore plus, ce qui ne ferait qu’empirer les choses pour moi, ou bien elle pourrait me quitter complètement. La meilleure réponse de survie à ce moment-là est de devenir passif, surveiller leurs états émotionnels pour savoir comment agir, et traverser cette épreuve en me déconnectant de mon corps et de ma sensibilité pour ne plus ressentir la douleur et la peur. »

Cette situation représente la base pour la soumission extrême à l’autorité que nous pouvons observer chez bon nombre de nos concitoyens : la sidération et l’abdication.

L’identification au bourreau

Mais cela peut aller plus loin, dans ce que l’on appelle maintenant le syndrome de Stockholm, terme adopté après l’incident à Stockholm en 1973, pour désigner ce phénomène d’abandon de son identité par crainte de l’autorité.

En 1941, Erich Fromm dans « La peur de la liberté »1 étend ce concept à identification à l’autorité ou à l’idéologie dominante.

Dans cet ouvrage, « Fromm énonce les bases psychologiques causant ce syndrome, sans le nommer ainsi : il décrit la vénération de l’enfant envers un père despotique et autoritaire ainsi que son identification avec lui, comme un moyen d’échapper à l’angoisse que lui provoquerait la confrontation ainsi que pour éviter le sentiment de culpabilité que lui procurerait le fait de le haïr. Il décrit ce même phénomène dans la relation que le citoyen d’un régime despotique entretient avec le dictateur. L’amour ou la vénération deviennent ainsi des palliatifs qui résolvent « magiquement » toute la complexité conflictuelle de la situation. Ce même type de relation a été constaté chez certains « collabos » envers les forces d’occupation pendant la guerre.

Paul Roazen (La place d’Erich Fromm aujourd’hui et sa Peur de la liberté, Paul Roazen, Le Coq-héron 2005/3 (no 182)) explique comment ce phénomène d’adoption de la pensée dominante et d’identification avec leurs représentants, peut se reproduire même dans un contexte démocratique, ou dans le sein d’une communauté dont le sujet n’a pas le courage de contredire les valeurs, ou par nécessité de reconnaissance de la communauté, adoptant le jargon, la tenue vestimentaire, etc. Ceci n’est pas le syndrome de Stockholm, mais relève des mêmes ressorts psychologiques énoncés par Erich Fromm » (https://fr.wikipedia.org/wiki/Syndrome_de_Stockholm).

Nous voyons une majorité d’individus renier leur raison et leur discernement pour adopter le narratif gouvernemental voire s’en faire les porte-paroles parfois de façon violente. Il n’est que se souvenir du discours de certains journalistes qui en ont appelé à aller chercher les gens refusant l’injection, pour les inoculer de forces.

L’emballement mimétique

Cette logique conduit à une discrimination envers les non-vaccinés qui deviennent dès lors les boucs-émissaires responsables de tous les maux et qu’il faudra confiner, interdire de travailler, de se déplacer, mettre en quarantaine forcée jusqu’à leur demander de payer les frais de leurs hospitalisations s’ils attrapaient le Covid.

En réalité, le mécanisme caché du bouc émissaire, est que la victime est sacrifiée non par ce qu’elle est coupable (alibi grossier), mais parce qu’il faut un coupable. Dans ce cas le groupe des non-vaccinés devient le problème et la solution pour résoudre la crise devient sa mort symbolique. La disparition du bouc-émissaire permettrait un retour à la normale. La colère légitime que ressent le peuple sidéré et identifié à l’autorité abusive est transféré sur le bouc-émissaire. La désignation de la victime va de pair avec un acte accusatoire public et c’est bien le message diffusé dans les médias et par les politiques. Et cet acte accusatoire est fondé sur un jugement fallacieux, erronés ou pervers mais suffisamment convaincant pour déclencher l’emballement mimétique ainsi que le nomme René Girard dans Le Bouc Emissaire2. Nous pouvons citer l’exemple de l’emballement mimétique envers certains professeurs de médecine (comme le Pr. Didier Raoult) qui deviennent sous l’injonction accusatoire fallacieuse (des experts corrompus) la victime expiatoire dont il faut obtenir la mort symbolique.

 

La perte de sens

Mais cela va encore plus loin : le renoncement spirituel.

Sur le plan spirituel, le trauma induit une perte de sens et une désespérance. C’est ce qu’a mis en évidence Viktor Frankl, psychiatre, fondateur de la troisième école psychanalytique de Vienne. Pour Frankl, contrairement à Freud qui base sa théorie sur le principe du plaisir et Adler sur la volonté de puissance, Frankl postule que tout être humain est doté d’une motivation primaire qui l’oriente vers le sens de sa vie. Il estime qu’une des principales causes de névrose est la perte de sens. Il défend la thèse selon laquelle l’inconscient est principalement d’essence spirituelle car « lorsqu’on trouve un sens aux événements de sa vie, la souffrance diminue et la santé mentale s’améliore ». Au-delà de l’instinct de plaisir, la nature profonde de l’Homme le conduit vers une réalisation morale.

Cette thèse prend tout son sens quand on sait, que c’est pendant son expérience des camps de concentration, que le psychiatre a développé cette vision.

Le transhumanisme et la crise spirituelle

Essentiellement, l’occident, qui depuis la philosophie des Lumières a effacé Dieu pour mettre au centre l’humain, a progressivement perdu le sens de son existence ce qui culmine dans l’individualisme et le consumérisme néolibéral et nihiliste actuel.

La crise que nous vivons est profondément une crise spirituelle.

Le trauma collectif majeur que l’on vit, met en évidence de façon dramatique chez bon nombre de personnes, cette crise de la perte du sens. Comme le dit Frankl, en tant qu’être humain, l’homme peut choisir librement sa perspective, sa position et son attitude face aux conditions internes et externes de son existence et la crise que nous vivons est un rappel à renouer avec notre essence et notre nature spirituelle.

Les amérindiens pratiquent le rite de la quête de vision, qui est une des plus anciennes cérémonies chamaniques pour trouver une guidance spirituelle et renouer avec le sens de sa vie.

C’est l’enjeu et le défi colossal que traverse notre civilisation occidentale déclinante. Saura-t-elle renouer avec ses racines spirituelles, croitre et s’épanouir vers un post-modernisme qui replacera l’humain entre le ciel et la terre, tout en respectant de façon inconditionnelle la souveraineté des autres pôles civilisationnels de la planète ?

 

Si l’injection n’est pas évitable, il est recommandé de consulter un médecin homéopathe qui pourra vous accompagner avant, pendant et après l’injection avec une combinaison de compléments alimentaires, plantes et remèdes homéopathiques ciblés, voire de certains médicaments allopathiques suivant les individus.

  • Annuaires des médecins homéopathes unicistes

https://www.inhfparis.com/index.php/lhomeopathie-uniciste/annuaire-des-homeopathies-unicistes/

  • Annuaires des médecins homéopathes pratiquant la téléconsultation

https://www.snmhf.net/fr/

La maladie à Sars Cov 2 comporte deux phases. La première virale se traite aisément avec un protocole multi-médicaments allopathiques mais aussi avec certains remèdes homéopathiques comme Bryonia, mais aussi Arsenicum Album, Gelsemium, etc…Si le traitement est réalisé précocement, la maladie sera la plupart du temps stoppée et n’évoluera pas vers la phase 2. L’analyse intermédiaire d’une étude en cours comportant de l’ivermectine a montré une réduction de 89 % du risque d’hospitalisation ou de décès lié à COVID-19, toutes causes confondues, par rapport au placebo chez les patients traités dans les trois jours suivant l’apparition des symptômes (ceci est capital pour le succès).

La seconde phase de la maladie n’est pas virale mais toxique, et cette toxicité est liée à la protéine Spike, qui va déclencher une cascade de phénomènes inflammatoires et auto-immunitaires causant les caillots de sang et l’ensemble des pathologies observées. C’est la phase critique. A ce stade les protocoles multi-médicaments sont encore efficaces mais de façon plus aléatoires, et idem pour les remèdes homéopathiques suivant l’expérience de nombreux médecins indiens (en Inde , l’homéopathie est officielle, et il existe des hôpitaux homéopathiques fédéraux). Le mieux est de combiner l’allopathie et l’homéopathie.

La stratégie thérapeutique en France, et dans la plupart des pays occidentaux, repose quasiment exclusivement sur une thérapie génique expérimentale dont à ce jour la balance bénéfice/risque n’est pas connue. Ces injections géniques forcent les propres cellules du corps à fabriquer la protéine Spike, qui va d’un côté déclencher la formation d’anticorps, mais d’un autre risque d’avoir une toxicité à court, moyen et long terme. Les rapports de pharmacovigilance montrent un nombre très grand d’effets indésirables allant parfois jusqu’à la mort, et c’est la raison pour laquelle, si l’injection n’est pas évitable, il est recommandé, bien qu’il n’existe aucune étude statistique permettant de le dire, de se faire accompagner par un médecin connaissant les médecines naturelles.

Les homéopathes ont trouvé différents traitements permettant de réduire la toxicité de la protéine Spike induite par les thérapies géniques anti-Covid. Les différentes approches consistent à donner une dilution homéopathique du produit lui-même appelé un isothérapique ou un nosode, et de donner en même temps certains remèdes homéopathiques issus de venins de serpent. Certains praticiens ajoutent d’autres remèdes suivant le terrain du patient. Il est aussi possible d’ajouter des compléments alimentaires qui agiront plus sur les adjuvants ainsi que certains médicaments allopathiques.

Nous voyons donc que l’approche est intégrative et complexe, spécifique à chaque patient et que malheureusement des recettes seraient contre-productives. Nous conseillons beaucoup plus de voir un médecin homéopathe en consultant les deux annuaires déjà donnés.

 

 

 

 

(Shedding signifie excrétion)

Suite à l’apparition de symptômes jamais éprouvés auparavant chez des patients non vaccinés, ayant été au contact de personnes vaccinées, l’hypothèse d’une contamination par la protéine Spike via une excrétion dans l’haleine ou les liquides biologiques a été proposée.

 

La protéine Spike est toxique

La protéine Spike joue un double rôle clé dans la pathogénie du virus Sars Cov 2. Le premier rôle largement connu est un rôle d’insertion sur la cellule humaine hôte. Elle lui sert à s’attacher et se lier à elle.

Le second rôle qui vient d’être découvert, est sa toxicité vasculaire qui représente en réalité le principal mécanisme pathogénique. Toute la sévérité du Covid-19, est lié à cette protéine Spike.

Le Covid-19 est ainsi en réalité une maladie vasculaire.  Un article publié le 30 avril 2021 dans « Circulation Research » 3 démontre exactement comment le virus SRAS-CoV-2 endommage et attaque le système vasculaire au niveau cellulaire. Ces résultats aident à expliquer la grande variété de complications apparemment sans lien entre elles que présente le COVID-19.

« Beaucoup de gens pensent qu’il s’agit d’une maladie respiratoire, mais il s’agit en fait d’une maladie vasculaire », explique le professeur de recherche adjoint Uri Manor, qui est coauteur principal de l’étude. « Cela pourrait expliquer pourquoi certaines personnes ont des accidents vasculaires cérébraux et pourquoi certaines personnes ont des problèmes dans d’autres parties du corps. Le point commun entre ces maladies est qu’elles ont toutes des fondements vasculaires. »

Des études antérieures ont montré un effet similaire lorsque les cellules étaient exposées au virus SRAS-CoV-2, mais il s’agit de la première étude à montrer que les dommages se produisent lorsque les cellules sont exposées à la protéine spike seule.

Les chercheurs ont créé un pseudovirus, c’est-à-dire une enveloppe protéique contenant des protéines Spike mais pas d’ARN viral. Ces pseudovirus sont donc incapables d’infecter réellement les cellules ou de se répliquer. Et pourtant après avoir administré un pseudovirus exprimant la protéine Spike à des hamsters (par voie intratrachéale), ils ont constaté les mêmes lésions que celles induites par le virus naturel.

Ceci est une preuve que la pathogénie des formes sévères des infections à Sars Cov 2 est causée par la toxicité de la protéine Spike, indépendamment de l’aspect infectieux du virus.

La protéine Spike présente des séquences homologues à des neurotoxines de venin de serpent de la famille des Elapilidae (cobratoxine et de l’α-bungarotoxine)4.

La protéine Spike est thrombogène (elle peut déclencher l’apparition de caillots dans le sang), notamment par l’induction de mécanismes immuno-allergiques à complexes immuns avec tableaux de thrombose avec thrombocytopénie (baisse des plaquettes sanguines).

La sous-unité S1 de la protéine Spike est vasculotoxique et déclenche les voies de signalisation cellulaire au niveau des cellules vasculaires pulmonaires (cellules endothéliales et cellules musculaires lisses), prédisposant à l’hypertension artérielle pulmonaire.

La protéine Spike est neuro-invasive, et traverse la barrière hémato encéphalique (elle passe du sang au cerveau) avec ou sans capside virale. La protéine Spike est neurotrope et permet au coronavirus de pénétrer dans les cellules cibles, notamment les cellules cérébrales, après avoir traversé la barrière hémato encéphalique. Il a été démontré dans des modèles murins que la protéine recombinante S1 conserve cette fonction neuro-invasive au travers de la barrière hémato encéphalique, même en l’absence de la capside virale (l’enveloppe du virus)4.

La protéine Spike contient des domaines similaires aux Prions5 (les prions sont responsable de maladies neuro dégénératives comme la maladie de la vache folle), et en l’absence d’étude sur les effets neurodégénératifs induits par la proteine Spike, il ne peut être exclu que les domaines prion-like de la protéine Spike induisent la formation de prions pathologiques, s’agrégeant en plaques amyloïdes, expliquant les effets neurodégénératifs inexpliqués de SARS-Cov2 observés chez l’animal, chez les modèles murins et simiens 6.

Continuer la lecture

 

 

 

Concert littéraire, Sarlat le 22/08/2019

 

 

Le nom des rues est toujours un mystère.

Rue Jean-Jacques Rousseau, à Sarlat. Qu’est-ce que ce promeneur solitaire pouvait bien avoir à faire avec cette rue, dans cette petite bourgade perdue au fin fond du Périgord. Si ce n’est qu’effectivement elle était fort déserte à un moment d’affluence touristique maximale et plus propice certes à des méditations philosophiques qu’à des bruyantes activités estivales et ludiques.

Se détachant du bourg, et de la vue des touristes, la rue monte, puis serpente, et puis monte à nouveau, pour ainsi dire dangereusement pour ne devenir plus qu’infime ruelle.

Mais où diantre peut bien se situer cette Chapelle des Pénitents Blancs, où nous attendent Eric-Emmanuel Schmitt et Nicolas Stavy, ce soir,  pour la première des Musicales organisées par la ville.

Un porche voûté, lourd et imposant, se dessine enfin qui semble, à vue d’œil, fermé à double tour. Une immense bâtisse de pierres anciennes, probablement le corps de l’église, prolonge la rue dans un espace de plus en plus étroit, étouffant presque…

Pas de doute, je suis bien arrivée, quoiqu’un peu tôt, afin de repérer les lieux.

J’avance quelques pas encore dans la rue quand une cascade de notes pures et sonores s’arrache d’une fenêtre restée ouverte et puis une voix, reconnue parmi tant d’autres, qui lui fait tendrement écho. Une voix, douce et apaisante, capitonnant d’un sourire léger la lugubre moiteur des lieux.

Y aura-t-il une séance de dédicace après le concert, car je dois remettre à Eric Emmanuel Schmitt un petit recueil de nouvelles, dont une écrite à son attention. Ou dois-je lui remettre avant ?

Toujours en quête d’informations, je contourne la ruelle sur la droite et vois indiquées des toilettes à l’arrière et m’avance.

La porte est grande ouverte et donne directement accès sur l’arrière de l’église…

Le bâtiment résonne soudain tout entier de musique. Je sais que je ne peux entrer car c’est encore le moment de la répétition. Je reste dans le petit couloir de l’entrée et tâche de rester discrète.

Du ventre de la grande bâtisse qu’enserrent étroitement les bras des ruelles résonnent comme des soupirs amoureux que je me surprends, secrètement, à épier. Je me sens honteuse d’être là.

Je décide aussitôt de refermer la porte et d’attendre patiemment, comme tout le monde, le début du concert prévu à 20 h,  qui ne va pas tarder.

 

 

Me voilà rassurée, une organisatrice vient de m’annoncer qu’une séance de dédicace est prévue après le concert, il ne me reste plus qu’à trouver une place.

La salle se remplit peu à peu, comme au sein d’un grand navire dont on sait qu’il prédestine chacun à des transports fort lointains. Les lumières s’éteignirent doucement …

Adieu vielles et sombres ruelles périgourdines, adieu pierres acérées sur le chemin et lourdeur des tourments. Place à présent, aux rêves spacieux et aux lumineux voyages…

Les soupirs épiés, qui avaient été échangés alors, devinrent déclarations, passions, enchantements, exultations. Les mains du pianiste se déchainent laissant le narrateur absorbé et muet orchestrer en silence, tel un marin vaillant et stoïque bravant magnanimement la tempête. Les esprits des Lieux sont, eux-aussi, convoqués avec, ruisselant sur chaque pierre, d’effrayants souvenirs de souffrances et d’enfermement. Et puis soudain, les mots, clamés par l’auteur, reprennent Vie, devenant à nouveau pluie, doux clapotis, chuchotement, nuage, soleil, grande plage de sables fins sur laquelle viennent s’échouer des vagues de musique, tendres, chaudes et réconfortantes. Oscar est là, petit Ange de Paix et de Réconfort, niché sur le haut de la vitre. Il écoute dans un silence extasié les délicates promesses d’aurores bleutées. Amusé, Momo s’est allongé là, tout près de la scène, riant de son rire pur et enfantin. Et la Dame Rose ? Regardez bien, elle s’est assise à côté du pianiste et écoute, fascinée les réponses du père Ponce faites à Noé. Galant, Schubert est venu la prendre par la main, et complices depuis toujours, ils se mirent amoureusement à danser.

Il existe sur la lune une mer de la tranquillité.

N’existerait-il pas sur terre une demeure secrète pour nos artistes, où personne ne pourrait plus jamais les déranger.

Car les Dieux parlent aux artistes, et ce qu’ils nous restituent n’est autre qu’une humble et profonde prière.

Cette demeure, j’ai l’impression d’y avoir été conviée, quand les portes de la Chapelle sur nous se sont refermées…

 

 

Sarlat le 23/08/2019

 

 

Rencontre avec un Etre Remarquable

 

Récit autobiographique

 

 

 

 

A mon Maître d’écriture

 Eric-Emmanuel Schmitt

 

 

« Il est avantageux de voir le grand homme. »

Aurore concentrait sa pensée sur cette phrase, depuis le matin…

Elle se rappelait l’avoir lue dans l’un des 64 Hexagrammes du Yi King. Ce passage en particulier l’avait marquée.   

Un feu doux et paisible palpitait dans la cheminée, irisant de lumière la soie de son duvet au fond duquel elle s’était lovée, avec, pour seule compagnie, son bol de thé fumant et sa petite Amourette, ronronnant de plaisir à ses côtés. La neige pouvait tomber de plus belle sur Paris ; dans les reflets tamisés de son boudoir bleuté, la danse feutrée et silencieuse des flocons, au travers des fins rideaux de nacre rose, n’en paraissait que plus magique et le blanc manteau, plus douillet encore…

Une délicate odeur de jasmin et de vanille flottait depuis la cuisine.

Elle s’extirpa, non sans peine, de la chaleur de son cocon et se dirigea vers la bibliothèque, bien déterminée à retrouver cette phrase qui la hantait…

L’exemplaire du Yi King ne devait pas être bien loin… Elle le feuilleta un instant, puis elle se souvint :

Hexagramme 57.  Souen/ Le Doux (le pénétrant, le vent) :  

« Il est avantageux de voir le grand homme (…) les prêtres sont les intermédiaires entre les hommes et les dieux ; les magiciens servent d’intermédiaires entre les dieux et les hommes. Nous avons ici la pénétration des domaines de l’invisible et du visible, ce qui permet que tout soit en ordre. (…) »

Elle se rallongea, satisfaite de sa lecture, quand l’horloge vénitienne sonna 15 h, déjà …

 

Toutes ses pensées convergèrent alors vers sa tendre Nathaelle, son amie de toujours…Non, elle ne l’avait pas oubliée, comment serait-ce possible ? Le grand moment de la rencontre approchait.  Elles s’étaient vues la veille et elle lui était apparue si anxieuse et hésitante encore  …

 

 Etait-elle déjà arrivée dans le grand et luxueux appartement, rue de la Verrerie, aux magnifiques plafonds de bois sculptés qui donnaient aux velours damassés des rideaux l’aspect d’un gigantesque décor de théâtre, dans lequel semblait tapie, au milieu de l’imposant Maître des lieux, une ribambelle de personnages facétieux et imaginaires, cachés dans les moindres recoins des pièces, derrière chacun des tableaux et bibelots savamment exposés…

Continuer la lecture

A notre fils Guillaume-Neil , pianiste à Séoul

 

 

 

Just  Ranfer de Bretenières,  saint et martyr chrétien français :

« Un épisode marquera profondément le jeune Just . Il a six ans, cela se passe au château de Bretenières dans le parc, il joue avec son frère cadet Christian. Il s’amuse à creuser la terre, tandis que soudain, Just dit à son frère : Tais toi !, … Penché sur le trou qu’il vient de faire, il se relève et dit : « Je vois les chinois ! Oh je les entends ! Ils m’appellent. Il faut que j’aille les sauver !   » Cette vision restera profondément ancrée dans  sa mémoire et ne le quittera jamais  … »

Parti en missions étrangères sur les terres de Corée en 1864, il mourut en martyr à Séoul le 8 mars 1866 à l’âge de 28 ans.

Il fut canonisé le 6 mai 1984 par le Pape  Jean Paul II

 

 

On lui doit également ce merveilleux cantique :

 

Mon bien aimé, source de vie

Par qui mon cœur est attiré

J’accours vers toi, dans ma folie,

Comme un cerf altéré

Oh, vous, témoin de cette flamme

Dont il me brûle jour et nuit

Ah, dites-lui que je me pâme

Que je languis d’amour

A te chercher je me tourmente

Rien ici ne peut me calmer

Mon cœur inquiet se lamente

De ne pouvoir t’aimer

Comme la plaintive colombe

Qui gémit au fond des forêts

Mon faible cœur, sans toi, succombe

A d’amoureux regrets

La nuit, quand mon âme embrasée

Vers Toi soupire, oh, mon sauveur !

Ah, descends, céleste rosée

Apaiser son ardeur

Divin Jésus, c’est Toi que j’aime

Toi seul peut calmer mon ardeur

Toi seul est mon bonheur suprême

Et l’amant de mon cœur

Oh, blessure, digne d’envie

Heureux suis-je de te souffrir !

Tu transformes la mort en vie

En me faisant mourir

Masterclass Eric Emmanuel Schmitt, nouvelle finaliste

 

Hymne à la Joie

 

 

A l’Eternel Bien-Aimé

 

Cela faisait des siècles qu’il se contenait.

Le lac noir et profond de ses yeux épousait les larges contours de l’espace dans lequel tournoyaient par milliers d’étranges oiseaux en violentes rafales.

Il écoutait, scrutant inlassablement la densité des ténèbres qui s’était installée sur le monde dévasté.

Il vit les hommes et tous les peuples de la terre s’entretuer. Des visions de guerres, de carnages et de désolations s’intensifiaient tandis que leurs cris de détresse montaient par sanglots du profond des abîmes…

« Dieu, pourquoi nous avez-vous abandonnés ? » 

De toute leur âme, les yeux emplis de larmes et d’effroi, ils se lamentaient et suppliaient.

Des bruits de tonnerres assourdissants menaçaient l’édifice tout entier de l’univers.

Il laissa alors exploser sa colère :

 « Hommes ! Qu’avez-vous fait de mon amour et de ma bonté ! »

Un grondement plus puissant encore que les précédents retentit des abysses :

« Qu’avez-vous fait de l’humanité ! J’avais mis en vous toute ma foi, toute ma confiance et toute ma fierté ! »  

La tête entre ses mains, trahi et meurtri par tant de haine, Dieu pleurait.

Des quatre coins de la terre, les hommes à leur tour imploraient :

« Vous nous aviez promis le bonheur et la paix.  Nous avons perdu la foi et ne savons plus ce que veut dire aimer. »

La Terre était à feux et à sang. 

Les Anges avaient replié sur eux leurs ailes ensanglantées.

L’humanité toute entière suppliait à genoux …

 

Le tendre et délicieux soleil de mai déclinait sur la petite ville de Baden , non loin de Vienne, ornant d’une pourpre chaude et satinée la fine dentelle des rideaux du salon.

« Maître ! Votre thé va refroidir ! » 

 Harassé par un intense travail de composition fourni depuis plusieurs jours, il venait de s’endormir…

Continuer la lecture

Masterclass, Eric Emmanuel Schmitt  Oct 2018

 

 

 

Maître Félix

 

Rien ne serait arrivé, si, par une soudaine lubie, Aurore de Saint Léger ne s’était rendue dans ce petit salon de coiffure, tout à fait modeste et inconnu d’elle, dans ce quartier pourtant très huppé et mondain de Paris , près de l’Opéra et de la Madeleine .

Elle se sentait en ce moment parcourue de rêves étranges , et de visions. Il lui semblait que quelqu’un tout près d’elle lui parlait, la guidait.

Un ange depuis quelques temps, venait la visiter dans son sommeil, cette nuit encore. Non, ne riez pas, vous lui feriez tant de peine… Un bel Ange, beau comme le jour, pur et délicat comme la tendre fleur du pommier dans la lumière incandescente du printemps. Des paroles douces et suaves déposées comme des baisers … Combien elle les aimait, ces doux et tendres baisers, même si au fond d’elle, elle tremblait. Sa vie allait changer, radicalement, profondément. Elle allait se dépouiller, se transformer, elle le pressentait…

« Tu es à l’aube d’un jour nouveau. Mets toi en chemin, à la rencontre de toi -même, vers quelquechose de plus pur et essentiel… « lui avait -il soufflé tout au creux de l’oreille.

Oh, combien elle aimait cette présence pure et aimante , même si tout au fond d’elle -même, une peur grandissante la saisissait …

Peut- être était cet Ange qui l’avait amenée jusqu’ici, dans ce petit salon de coiffure, perdu au coin d’une ruelle que personne ne fréquentait…

Quelqu’un la guidait, et cela lui plaisait…

Elle referma la lourde porte de son hôtel Particulier non loin du parc Monceau, tout habillée de rose, la couleur qu’elle préférait. La fine dentelle de soie qui moulait son corps serpenté de nacres et de bijoux , aurait pu faire pâlir d’envie les plus riches Maharadjas de l’Inde. Ils se seraient mis à ses pieds pour, ne serait-ce qu’une minute, contempler sa divine beauté …

Aurore était belle, très belle, elle le savait. Sa beauté angélique possédait quelque chose de noble et de surnaturelle. Etait-ce l’oeuvre de Dieu, un don dont elle devait tirer humblement fierté, ou bien la marque d’une tentation vile et calculée, celle de son désir désespéré d’être aimée, de plaire, de jouer de son pouvoir inné de séduction. Ce n’était pas tant le goût du luxe qui l’avait attirée jusqu’ici que celui de se sentir aimée, pour ce qu’elle était ; une femme douée pour le plaisir, douée pour la célébration des sens et de leurs exquises beautés.

Elle pénétra une petit ruelle, toute humide encore de rosée.

Continuer la lecture

Masterclass, Eric Emmanuel Schmitt  Nov  2018

 

Guérison

Le doux voile orangé du soleil épousait la large plaine du Gange, infusant ses mille et une senteurs dans la tiédeur du soir qui commençait à tomber.

Caché derrière un bosquet, un groupe de femme offrait leurs chants sacrés au divin Vishnou dont on apercevait au loin le temple et la blancheur étincelante des minarets.

Le cri strident des alouettes parvenait à peine à rompre la quiétude quasi surnaturelle des lieux.

Je remarquais non loin des murs d’argiles qui entouraient la ville, un arbre gigantesque et majestueux autour duquel une foule grossissante s’était rassemblée.

« Allons voir, proposais-je à mon mari en lui tirant impatiemment le bras. »

Comme à son habitude, il se tenait à distance et se contentait d’observer attentivement la procession qui se déroulait sous nos yeux…

Nous vîmes des malades, certains grandement estropiés,  douloureusement   courbés sur des cannes, des vieillards portés à bout de bras par leurs proches, les yeux révulsés, des lépreux se trainant courageusement  dans la terre et la poussière , des enfants ceints de linges mouillés, les yeux noircis par les mouches, luttant contre la mort, des femmes implorants, suppliants. Tous se pressaient, comme aimantés,  vers le lieu sacré.

« Seigneur Bouddha, imploraient -ils, sauvez mon enfant, libérez moi de la folie, guérissez moi de la maladie, et de la souffrance. » pleuraient ils tous d’une même prière.

Une colonie de mésanges avait trouvé refuge dans l’arbre à l’abondant  feuillage,  apaisant tant bien que mal de leurs chants mélodieux la lourdeur des complaintes…

La foule s’était assise dès qu’il se mit à parler. Leurs lamentations s’étaient tues, et pieusement ils écoutaient :

« Nul ne peut échapper à la vieillesse, à la maladie et à la mort. Se trouve-t-il une seule maison qui ne soit point frappée par le deuil et la perte d’un être cher ?  … »

Je vis alors mon mari s’approcher, tandis que le Sage Homme continuait à enseigner.

Continuer la lecture

 

Cher Maître,

Deux cent ans bientôt nous séparent, mais comment appeler cette douce enclave d’éternité, dans laquelle sont venues se lover notes après notes chacune de vos divines et étonnantes mélodies, comment peut-on appeler en effet une si parfaite harmonie des sons, du rythme, du mouvement,… Me faudra-t-il inventer des mots à mon tour, comme vous avez su alors sur vos simples pages d’écritures, inventer de nouvelles tonalités ?  Me faudra-t-il , moi aussi , transcender la notion même du temps, m’éléver toujours plus pour ne plus échapper aux divines lois de votre inspiration…

Ne m’avez-vous pas enseigné que la musique s’engendre d’elle –même, mesure après mesure, comme l’esprit naît du silence, seconde après seconde. Maître du Silence, vous en êtes devenu le divin interprète, comment rendre avec des mots ces somptueux échos venus d’un si lointain espace, celui de nos cœurs à jamais réunis.

Ne nous avez-vous pas enseigné que la musique guérissait nos cœurs et qu’en guérissant nos cœurs elle élevait nos âmes. N’est ce pas le plus beau de vos enseignements, vous qui avez su relever la tête quand le destin vous étranglait à la gorge, et qui avez su repousser au loin les violents appels du désespoir, gardant confiance dans les divines lois de la création et des soeurs joyeuses de l’inspiration.

Ne sommes-nous pas, ainsi que vous le disiez, des êtres à l’esprit infini, uniquement nés pour la joie et la souffrance. Vous rajoutiez à cela que les plus éminents s’emparaient de la joie au travers de la souffrance.

Cette joie, vous l’avez conquise de hautes luttes, l’emmenant au plus haut du firmament pour qu’en pluie fine et lumineuse elle retombe peu à peu sur nous, éternelle source de grâce et de délivrance, merveille des merveilles de la création, vous l’avez chanté comme personne, et je vous espère à présent dans les champs purs élyséens, délivré et heureux. Je pense que par delà la vôute des étoiles, entouré d’innombrables assemblées d’anges, vous nous regardez avec l’œil compatissant d’un vieux sage qui sait nos tourments, nous qui essayons de rester tous ensemble des frères, car c’est au travers de ces mêmes tourments que vous êtres parvenu aujourd’hui si haut dans le firmament.

Vous avez enchanté ma vie, et bien d’autres vies encore et je sais aussi que toutes ces marques d’amour et d’affection vous les entendez, où que vous soyez.

Vôtre élève et dévouée

Bernadette

Sarlat , Avril 2012

 

 

Voir sa configuration ennéagrammique selon notre Modèle du Diamant :

http://www.enneagramme-marie.fr/portraits/255-ludwig-van-beethoven