Une nouvelle vision de l'Ennéagramme…
  

Archives mensuelles : janvier 2018

 

L’Ennéagramme et le Mandala du Soi

Bernadette Bollero-Schmitt

Frédéric Schmitt, MD, homéopathe.

Auvergne 2006

 

Quelques notions au sujet des travaux de B&F Schmitt menés depuis 2000 sur l’Ennéagramme et de leur  méthodologie de recherche.

Ce texte a été écrit en 2006, et ne  tient compte que du début de nos recherches, sa genèse en quelque sorte.

Les recherches ont  bien avancé depuis notamment avec l’introduction des 5 caractères de Reich, les 5 Familles de Sagesse du bouddhisme, les 72 Archétypes/Anges  et les 36 Décans astrologiques en lien avec l’Enneagramme et les Fleurs de Bach

. Ouvrage en cours de rédaction , Patience …

 

 

Introduction

 

L’ennéagramme est un outil dont l’origine est mystérieuse. Nous sommes redevables à G.I. Gurdjieff d’avoir divulgué, dans les années 1920, pour la première fois en occident ce remarquable système. Cependant son usage systématique dans la compréhension et l’analyse de la psyché humaine remonte à Oscar Ichazo dans les années 1960. Laleh Bakthiar a publié un remarquable ouvrage en 1994 levant pour la première fois le voile sur l’approche soufie  et néo-platonicienne de l’ennéagramme.

Bernadette a connu l’ennéagramme au contact de son maître, le Vénérable Dhiravamsa, enseignant bouddhiste respecté, l’ayant lui-même étudié auprès de Claudio Naranjo dans les années 1970.

Frédéric est médecin, homéopathe classique depuis 1986, également élève de Dhiravamsa.

 

Dans les années 2000, Bernadette et Frédéric, ont découvert les clés permettant d’appliquer l’ennéagramme à l’homéopathie. Il s’avère que ces deux systèmes ont une très grande similitude. Ils présentent deux portes d’entrée : pour l’ennéagramme les trois centres et les trois sous-types, pour l’homéopathie, les trois miasmes et les trois règnes. Leur découverte a consisté à mettre en parallèle les trois centres et les trois miasmes ainsi que les trois sous-types et les trois règnes. Afin de comprendre l’importance de cette découverte, il faut rappeler que la thérapeutique homéopathique traite l’individu dans sa globalité physique, énergétique et psychique.

 

Samuel Hahnemann, fondateur de l’Homéopathie

 

L’homéopathie

Dans cette approche médicale, la pratique a démontré qu’une substance unique va équilibrer un individu unique. Cette substance est appellé le Simillimum. Toute la quête de l’homéopathe est de déterminer ce fameux graal, le Simillimum. En homéopathie, afin de faciliter cette recherche, les praticiens ont l’habitude de diagnostiquer au préalable le miasme et le règne de leurs patients. Il existe trois miasmes (ou terrains) ainsi que trois règnes (minéral, animal, végétal). Le diagnostic correct du miasme et du règne va orienter vers un certain groupe de remèdes spécifiques. Cependant cette recherche est ardue, car il existe près de 3000 remèdes dans la pharmacopée homéopathique. Si bien que les homéopathes n’utilisent qu’environ une centaine de ces remèdes dans 80% des cas.

La découverte de Bernadette et Frédéric a permis de faciliter grandement le diagnostic de miasme et de règne. En effet, leur pratique clinique a démontré que le centre prédominant dans l’ennéagramme détermine le miasme dominant et de la même façon le sous-type dominant celui du règne. Ceci est objectivé les  tableaux suivant, sorry in English only   :

 

Enneagram Center Subtype
Homeopathy Miasma Kingdom

 

 

 

Centers Instinctive Emotional Mental
Miasmas Luesis Psora Sycosis

 

 

Subtypes Selfpreservation Sexual Social
Kingdoms Mineral Animal Vegetal

 

Continuer la lecture

 

 

Historique de l’Ennéagramme

Bernadette et Frédéric Schmitt

 

Cet article est paru en mars 2015 dans Enneagram Monthly.

Dans les années 1950, Oscar Ichazo (né en Bolivie en 1931) a été invité à participer à un groupe d’étude de mystiques européens et orientaux de haut rang à Buenos Aires, en Argentine, composé de Martinistes, théosophes, Rose-Croix et anthroposophes. Ichazo leur servait de boy à tout faire, et ils lui ont enseigné la Kabbale, le soufisme, le yoga, le Zen et les techniques du travail de Gurdjieff (voir aussi les numéros 21, 22 et 23 de EM).

Citons Ichazo:

«C’était autour de 1950, et (un) homme m’a invité à Buenos Aires, où j’ai été impliqué avec un groupe de mystiques, dont beaucoup avaient 70 ou 80 ans quand je les ai rencontrés…. Aucun d’entre eux n’était sud-américain. Ils étaient européens ou du Moyen-Orient « (extrait de Entretiens avec Oscar Ichazo, Arica Institute publication 1982).

Selon Claudio Naranjo, Ichazo a dit spécifiquement qu’il détenait toute la tradition qui s’était répandue dans de nombreuses branches à travers le monde et dans diverses cultures. On lui a donné «l’ensemble des œuvres» et la mission de la traduire en termes occidentaux.

Un des seuls noms qu’Ichazo n’ait jamais mentionné publiquement comme un enseignant et une source pour lui, est Leo COSTET de MASCHEVILLE, un enseignant spirituel français. Qui était cet homme, et comment pourrait-il être impliqué dans la genèse de l’ennéagramme?

 

Leo Costet de Mascheville

Nous commençons l’histoire avec son père, Albert Raymond COSTET-CONDE de MASCHEVILLE (1872-1943) né à Valence, France.

En 1895, à l’âge de 23 ans, il devient délégué du Conseil suprême de l’ordre Martiniste fondé par PAPUS (de son vrai nom: Dr. Gerard ENCAUSSE, médecin français qui fonde l’ordre Martiniste en 1887).

1901 : naissance de son fils, Leo COSTET de MASCHEVILLE (1901-1970) en France.

En 1910, lui et sa famille quittent la France et s’installent en Argentine en arrivant le 26 février 1910 à Buenos Aires.

En 1920, Albert COSTET initie son fils Leo à l’ordre Martiniste.

Continuer la lecture

  • fr
  • en
Abonnez-vous !

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.