Une nouvelle vision de l'Ennéagramme…
  

Archives mensuelles : décembre 2013

Photo Mat Hennek

 

A l’occasion de la sortie de son dernier livre :  » Retour à Salem « ,  Bernadette a composé pour vous une nouvelle vidéo, sur une musique de Brahms, bien entendu !

A lire bien calé dans vos coussins, avec, pour fil conducteur, ses deux précédents ouvrages,  si par chance vous en avez le temps, ces trois livres formant en effet une forme de trilogie.

Espérons que le destin de cette merveilleuse pianiste la mène toujours plus loin encore et que nous aurons le bonheur de pouvoir la suivre dans son  étonnant cheminement.

 


 

Commentaire du livre :

 » Johannes Brahms, ce grand mal-aimé du romantisme, dont le nom évoque, à lui seul, plus les parois ardues d’une montagne, ou pire encore de sombres ravins dans lesquels gisent les corps déchiquetés de promeneurs égarés, abandonnés à leurs sourdes lamentations, et dont on essaie d’éviter consciencieusement les abords, ce compositeur âpre et terriblement intransigeant envers lui-même, aimât éperdument Robert et Clara Schumann.

Fut-il aimé en retour, en particulier de Clara, l’épouse et illustre virtuose ? Nul ne le saura vraiment jamais. Mais au fond, cela a–t-il une si grande importance ? Peut-être sut-il l’aimer suffisamment fort pour qu’au delà d’un long siècle déjà, l’âme de ce musicien vienne s’unir à celle dont l’amour, le seul amour pour lui, saura en ressusciter toute la splendide intensité. Comme dans un immense pacte d’amour et de secours infini, le même sûrement qui la lie dans cette vie aussi à ses chers loups des forêts du grand nord,  cette magnifique pianiste vient en quelque sorte aplanir toutes les violentes et sombres aspérités, combler les manques en répondant à chacun de ses déchirants appels.  »

Voir la suite de ce commentaire  sur notre site, à la page portraits

 

 

Configuration ennéagrammique de Brahms :

Continuer la lecture

Adieu, Madiba et Merci !

 


 » Aucun de nous, en agissant seul, ne peut atteindre le succès. « 

 


Configuration de Nelson Mandela :

Type : 9

Types mineurs : 3 et 5

Eléments/Familles : Eau/Air ou Péma/Karma

Mewa : 1 (1918 )


Le type 9 dans l’ennéagramme:

Nul ne s’étonnera de voir Nelson Mandela classé dans le type 9 de l’ennéagramme, appelé à juste titre le Médiateur ou le Pacifiste, dans les écoles d’ennéagramme.

Un type s’accompagne toujours de ses deux types mineurs, ici  le type 5 et le type 3.  On remarquera que cette dernière cofixation vient se surajouter à la flèche 3 de son type 9 , comme cela arrive fréquemment dans les configurations ennéagrammiques  : voir décodage psycho-énergétique

Beaucoup de personnes classent cependant Nelson Mandela dans le type 1 de l’ennéagramme.

Cela n’est pas non plus complètement faux, mais le type 1 chez lui, appartient, selon notre compréhension,  à un autre système, présent également dans le modèle du Diamant et en tous points similaire aux 9 types de l’ennéagramme, je veux parler du système des Mewas et des 9 Etoiles de l’astrologie sino-tibétaine.

Dans ce système, nous appartenons à un point, tout comme dans le système de l’ennéagramme nous appartenons à un type, dans lequel nous évoluons et nous nous transformons. Ces points correspondent aux 8 Trigrammes du Bagua (le neuvième, le central étant le point 5 ), et sont directement  connectés aux 5 éléments taoïstes (Terre, Feu, Bois, Eau, Métal) ainsi que bien sûr, comme cela est le cas dans tous les systèmes traditionnels orientaux , à une symbolique propre relative aux saisons, aux directions spatiales (Nord, Sud, etc) en fonction de l’élément.

Les 9 descriptions des Mewas sont en tous points semblables aux 9 types de l’ennéagramme, ce qui  tente à prouver définitivement les sources orientales et extrêmes orientales de ce modèle. Pourquoi personne n’en parle, cela reste un mystère pour moi.

Certains initiateurs de l’ennéagramme dans le monde ont immanquablement dû rencontrer aux cours de leurs  voyages en Asie de nombreux Maîtres taoïstes, qui ne pouvaient point ignorer ce fabuleux système du Bagua recelant les descriptions des 9 Mewas et de leur trigramme associé. A -t-on voulu à ce point occulter et brouiller intentionnellement les pistes, s’approprier ce modèle  à des fins de pouvoir personnel et de ne faire de l’ennéagramme plus qu’un vaste champ de batailles et de procès, ou personne n’est jamais d’accord ou très rarement sur le typage des personnalités,  sans parler de nous autres, bien sûr ? Qui a intérêt à maintenir un état de quasi ignorance concernant ces sources ? Et finalement à quoi cela sert-il, si on y regarde de plus près. Tel le serpent qui se mord la queue, l’ennéagramme risque bien de mourir bientôt, s’il ne l’est déjà point, à vouloir de la sorte étouffer des vérités.

Continuer la lecture

 

 

 

Un psychologue américain Paul Ekman à mis en évidence cinq émotions fondamentales universelles et indépendantes de la culture ou l’éducation.

Il en conclut que ces émotions font partie de l’équipement biologique et génétique de l’être humain, comme un pré-programme réactif physiologique et comportemental. Ainsi le dégoût permet à n’importe quel mammifère de rejeter violemment une substance qui lui est toxique, comme l’amertume pour l’être humain.

Ces cinq émotions sont : la peur, la colère, la joie, la tristesse et le dégoût.

Selon les théories des médecines orientales sur la constitution, le caractère d’une personne est organisé autour d’une émotion basique.

Cette émotion est comme un « bruit de fond » permanent et inconscient qui va s’activer à la moindre occasion et ainsi colorer toutes nos perceptions à notre insu ou presque. Ainsi celui dont le caractère est empreint de peur, va de façon inconsciente et automatique percevoir les menaces et les intentions cachées dans l’environnement. La peur va modifier ou distordre ses perceptions. L’exemple classique est la perception d’un serpent en travers de la route en se promenant le soir, alors qu’en réalité il s’agit d’une corde.

Les cinq émotions de Paul Ekman se superposent facilement aux cinq émotions de la philosophie taoïste : Eau/peur,  Bois/colère,  Feu/joie, Métal/tristesse et Terre/dégoût.

Notre travail sur l’ennéagramme a permis de connecter les types 4 et 5 à la tristesse, les types 3 et 6 à la peur, les types 2 et 7 à la colère, les types 1 et 8 à la joie, et le type 9 au dégoût.

Nous comprenons ainsi, sur la base des travaux de Paul Ekman, que le type de l’ennéagramme représente EN COLERE le type de préprogramme émotionnel qui nous affecte de façon inconsciente et altère nos perceptions.

Suivant notre histoire de vie, le type sera plus ou moins distordu, l’émotion plus ou moins forte, et donc les perceptions plus ou moins altérées.

Cela situe le type de l’ennéagramme sur un plan beaucoup plus instinctif et biologique, qu’il n’était perçu jusqu’alors.

 

 


Langues
Abonnez-vous

Entrez votre adresse email pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 1 autre abonné