Une nouvelle vision de l'Ennéagramme…
  
Get Adobe Flash player

This post is also available in: enEnglish

Le 8 septembre fête de la Nativité de la Vierge Marie nous incite à parler du signe astrologique de la Vierge et de Bacchus son régent astrologique et de voir leurs liens avec l’ennéagramme.

Il existe une similitude entre le mythe de Dionysos/Bacchus et celui du Christ.

Benoît XVI note dans son Jésus de Nazareth : « Comme […] Le Seigneur a donné le pain et le vin comme les supports de la Nouvelle Alliance, il n’est certes pas interdit de penser […] et de voir transparaître dans l’histoire de Cana le mystère du Logos et de sa liturgie cosmique, dans laquelle le mythe de Dionysos [Bacchus] est complètement transformé tout en étant conduit à sa vérité cachée. »

Dionysos serait né un 25 décembre (solstice d’hiver), d’une Vierge, mort et ressuscité. Les rites dionysiens consistaient en manger le pain et boire le vin qui symbolisait le corps et le sang de Dionysos mort.

Nous avons attribué la maitrise du signe astrologique de la Vierge à la planète Makemake que nous avons renommée Bacchus pour rester fidèle à la tradition astrologique des dieux romains.

Bacchus est le dieu du vin, et l’on récolte le raisin quand le soleil est dans le signe de la Vierge. La Vierge astrologique porte en son sein Bacchus, comme le raisin porte le potentiel du vin (le potentiel divin).

Nous avons choisi le symbole alchimique de l’antimoine pour représenter Bacchus car la Vierge Marie est parfois représentée portant le globe crucifère, symbole dans la chrétienté du Christ régnant sur la Terre, et symbole en alchimie de l’Antimoine.

Le globe représente la terre vierge (le mercure philosophal), la croix représente la crucifixion du mercure, c’est-à-dire, la mort du minéral vulgaire au feu du creuset, et le serpent qui s’enroule autour de la croix représente le processus de purification et de transformation qui va permettre la résurrection de Bacchus sous la forme de la pierre philosophale.

Il y a dans Bacchus et la Vierge une double symbolique, celle de la Vierge Folle et du Bacchus débridé et celle de la Vierge Sage et du Bacchus sacrifié.

La guérison de notre Bacchus intérieur est représenté par l’union des contraires.

Selon le Tantra de Kalachakra (un texte bouddhiste comportant des enseignements sur l’astrologie), les douze facteurs de la coproduction conditionné enseignés par le Bouddha sont connectés aux douze signes du zodiaque. Le signe de la Vierge est ainsi connecté à l’attachement.  Dionysos représente la faculté de transcender l’attachement, de réaliser l’union de la félicité-passion et de la vacuité, l’ivresse pure ou vierge de toute saisie dualiste (basé sur la notion d’un sujet qui perçoit le plaisir et d’un objet perçu comme source de plaisir). Dans le bouddhisme mahayana cette réalisation est appelé le Mahamudra (le Grand Sceau) qui est un des nombreux noms qualifiant l’éveil du Bouddha.

Le signe de la Vierge est important car il est le lieu où se réalise symboliquement l’union des contraires : un pôle ne s’oppose pas à l’autre, mais ils sont compris comme n’ayant pas d’existence intrinsèque.

Bacchus en ennéagramme se décline dans les types 3, 6 et 9 Terre (auto-préservation) qui correspondent respectivement aux troisièmes décans des signes de Terre (Capricorne, Taureau et Vierge): type 3 Terre = 3° décan Capricorne, type 6 Terre = 3° décan Taureau et type 9 Terre = 3° décan Vierge.

This post is also available in: enEnglish

Langues
Abonnez-vous

Entrez votre adresse email pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 1 autre abonné